Avec REP Net 4.0, REP fait évoluer sa supervision de machines

Avec REP Net 4.0, REP fait évoluer sa supervision de machines

REP fabrique et exporte des presses à injecter le caoutchouc et des presses compression pour les industries automobile, électro-ménager, électrique, pharmaceutique et militaire. Nicolas R. explique le fonctionnement et les enjeux de l’évolution d’un outil de supervision.

REP Net 4.0 centralise les informations provenant de plusieurs presses telles que les recettes de paramétrages ou les données de production. Conçu il y a plus de 30 ans, ce logiciel a constamment évolué fonctionnellement. Il a aussi suivi les évolutions des différents outils (Ateliers de développement logiciel) et environnements (Dos, Unix, Windows…).

Cependant, dans sa dernière version, plusieurs problématiques revenaient régulièrement telles que le temps d’installation, la portabilité, l’ergonomie et la maintenabilité. Techniquement, l’outil REP Net 4.0 développé par Apitech fonctionne dans un environnement intégrant les dernières technologies afin d’améliorer l’expérience utilisateur.

“Apitech nous avait déjà démontré son savoir-faire sur une problématique similaire en réalisant une IHM consolidant les informations d’automates et de robots industriels. La capacité de travail en mode agile a été déterminante car il fallait assurer la livraison régulière des logiciels. Par rapport à une solution progicielle qui aurait nécessité de nombreuses adaptations, Apitech a su s’adapter à nos besoins pour suivre l’évolution du projet en étant particulièrement réactif lors de notre présence sur K2016 – le célèbre salon du plastique et du caoutchouc qui a lieu tous les 3 ans à Düsseldorf – en trouvant notamment une solution d’hébergement pour REP Net App, notre application Web de consultation.”

L’application web est très flexible : le chef d’atelier peut consulter l’état de son parc à distance via un smartphone. REP apprécie aussi les capacités évolutives de l’outil : connectivités accrue des presses et de la communication entre machines et les systèmes d’information sont envisagées.

De même que la maintenabilité (gestion des alarmes) et la traçabilité des produits et des lots. REP compte bien vivre la révolution numérique de plain-pied. Nul doute qu’Apitech saura apporter toute son expertise car son métier originel à sa création en 1991 était en effet la supervision industrielle.

Castor représentant l'équipe de blogueurs d'Apitech, symbole de construction

La rédac’ c’est une équipe qui se plie en 4 pour vous aider à trouver en 2 clics l’information que vous recherchez

Dizisoft : comment atteindre la performance industrielle ?

Dizisoft : comment atteindre la performance industrielle ?

Positionnée sur un marché mondial, la startup Dizisoft cible les entreprises équipées d’automates, de commandes numériques, de robots pour des productions de masse avec des enjeux cruciaux de productivité.

Le logiciel Diziscop réalise des acquisitions de données pour restituer les diagrammes de cycles des machines et analyser et corriger les dégradations de cycles. L’industrie automobile est un gros client représentant des enjeux énormes : la moindre dérive de temps entraîne des chutes de production catastrophiques. La valeur ajoutée de Diziscop réside en sa capacité à apporter un gain de temps et de fluidification de la production.

Le cœur du système ? Son mode de communication avec les équipements industriels. Pour pouvoir faire de l’acquisition de données, il faut bien maîtriser tous les protocoles de communication. Le challenge a consisté à trouver une équipe ayant des compétences en milieu industriel pour réaliser du développement de logiciel en C# et prendre en charge parallèlement la gestion de la partie communication. Certains protocoles sont des standards industriels mais il existe des cas particuliers tels les automates Siemens qui ont des réseaux propriétaires. Apitech a su dialoguer avec les constructeurs pour obtenir les informations techniques leur permettant de développer le protocole nécessaire.

“Le succès de la commercialisation du produit dépendait de leur capacité à tenir les engagements, respecter le coût et le délai. La première release stable chez le client est sortie en neuf mois et ses résultats vont au-delà des espérances. Le produit reste totalement ouvert en termes de développement et peut être enrichi de façon très flexible : l’éventail des fonctionnalités a été multiplié par deux selon Christophe R., le dirigeant de Dizisoft.

Castor représentant l'équipe de blogueurs d'Apitech, symbole de construction

La rédac’ c’est une équipe qui se plie en 4 pour vous aider à trouver en 2 clics l’information que vous recherchez