Concours Sharing & Reuse : Apitech participe à la transformation numérique de l’état

Concours Sharing & Reuse : Apitech participe à la transformation numérique de l’état

Le concours Sharing & Reuse Awards 2019 s’adresse aux administrations publiques européennes, nationales, régionales ou locales qui cherchent à réduire les coûts, à accroître leur efficacité et à favoriser l’interopérabilité en réutilisant, partageant ou développant conjointement des solutions informatiques qui répondent aux exigences communes.

Pour la seconde édition du concours “Sharing & Reuse Awards” (organisé par le programme ISA²), nous avons participer aux côtés du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire (MTES) !

« Web conférence interministérielle » concourt dans la catégorie services informatiques partagés ayant le plus grand impact sur les citoyens et les entreprises

 Voici les éléments qui constituent notre participation au concours :

 

PERIMETRE

Pourquoi une plateforme de web conférence interministérielle ?

Le système de webconférence est dirigé par les autorités françaises pour :

  • Développer le travail collaboratif entre ses différents services et départements,
  • Faciliter la coopération entre les agents de l’Etat et les autres services publics (y compris association et structures privées)
  • Améliorer les relations entre les services publics français, les citoyens, les entreprises et toutes les organisations de la société civile.

La plateforme de webconférence interministérielle est une collection d’applications interconnectées, basées sur de l’open source et compatibles WebRTC. Elle permet aux responsables et agents de l’Etat français, depuis un poste de travail connecté au RIE (Réseau Interministériel de l’Etat) de créer et de rejoindre des réunions en ligne directement à partir d’un navigateur web et comprend des fonctionnalités additionnelles comme :

  • Le partage d’écran
  • L’édition collaborative de documents en temps réel
  • La messagerie instantanée

Naturellement, cette plateforme est conforme au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) et à la politique de sécurité du système d’information français. La sécurité des échanges de données audio / vidéo a été approuvé par l’Agence Nationale de la Sécurité des Système d’Information (ANSSI).

« Aujourd’hui, le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire et son partenaire de longue date APITECH, qui a en charge le développement et la maintenance de ce projet, a réussi à le rendre public et disponible auprès de tous nos partenaires et organisations externes à l’Etat en développant de nouvelles applications et modules en complément de ceux fournis par Jitsi. »

Ces nouvelles applications contribuent à renforcer la sécurité de la plate-forme en accordant le droit de créer des réunions en ligne uniquement aux responsables et agents des ministères français (grâce aux procédures d’identification).

Le service est actuellement utilisé par 9 ministères. En 2018, on recense 16 500 conférences et 48 000 participants sur la plateforme de webconférence interne.

BENEFICES

Quels sont les impacts de la webconférence interministérielle sur les administrations publiques impliquées ?

La solution, disponible depuis décembre 2016, a engendré des plans locaux d’équipement des ordinateurs de bureau (microphone, webcam) et parfois des optimisations de réseaux pour les premiers départements impliqués dans la communauté. L’enquête de déploiement et d’utilisation d’avril 2018 gérée par la DINSIC et les statistiques du service disponibles en ligne révèlent que :

  • La solution est déployée dans 18 régions du territoire national
  • Dans 3 nouvelles grandes régions, les autorités locales ont déployé jusqu’en 2017 un total d’environ 4 000 équipements (microphone, webcam)
  • En moyenne 543 réunions de collaboration par mois sont organisées avec la solution avec une moyenne de 3 utilisateurs par web conférence qui durent environ une heure. Cela représente de 500 à 1 000 trajets professionnels en moins, soit environ 3 000 heures économisées chaque mois
  • Cette solution contribue à éviter les accidents de la route et les maladies professionnelles liées à la fatigue et au stress (induites par de trop nombreux déplacements)
  • Une réduction de l’empreinte carbone, de l’entretien et de la réparation du parc de véhicules.

Pour un déploiement de 5 000 équipements début 2018, le déploiement est estimé à environ 10 000 équipements début 2019.

Quel sera l’impact du service pour les utilisateurs finaux ?

La promesse de cette solution est d’accélérer et alléger les procédures administratives des services publics aux entreprises et aux citoyens grâce au développement de la collaboration au sein des départements de l’État et à la coopération avec d’autres acteurs des services publics. Ces évolutions devraient également améliorer la qualité des services fournis au public grâce à des décisions plus coopératives et consensuelles entre les acteurs du service public.

Des expériences ont été lancées afin d’offrir aux candidats qui ne peuvent pas se déplacer ou qui vivent dans des régions isolées, en cas de recrutement ou d’examen, de nouveaux moyens d’accéder à leur dossier.

 

TECHNOLOGIES

Quelle est l’architecture du service ? Quelles sont les technologies utilisées ?

La plate-forme de webconférence interministérielle est basée sur le projet open source Jitsi. Cette application MVC Node.js est basée sur le Framework Express.js. Elle constitue le point d’entrée de la plate-forme et interagit avec le reste des applications Jitsi.

Le service est rendu évolutif par de l’équilibrage de charge (load balancing) entre deux serveurs physiques selon le nombre de conférences sur chaque serveur.

 

Le service repose principalement sur la technologie WebRTC pour le transfert de flux média entre les utilisateurs. Dans ce cas, l’application de routage vidéo Jitsi-videobridge SFU (Selective Forward Unit) gère les flux selon les participants. L’évolutivité est prise en charge par le calcul du nombre de conférences sur chaque SFU. Plus d’informations ici : https://github.com/jitsi/lib-jitsi-meet/blob/master/doc/tokens.md

La plate-forme de webconférence interministérielle utilise également les logiciels open source NGINX, Prosodie, Etherpad et MongoDB.

SFR Business s’adapte au rythme des innovations

SFR Business s’adapte au rythme des innovations

SFR Business représente la marque destinée aux professionnels, depuis l’achat de NeufCegetel par SFR en 2008.
Dans le tumulte des opérateurs de télécommunications, la collaboration entre SFR Business et Apitech n’a jamais cessé. Adolfo Q., chef de projets PILOTAGE – Ligne de Service Sécurité & Cloud, nous livre son témoignage sur cette relation de confiance de longue date.

Habitué de l’univers SFR depuis 2007, et depuis 2016 de SFR Business, Mr Q. a en charge le maintien en condition opérationnel de middleware sur PSS (Plateformes de services). Ses missions de pilotage l’amènent à faciliter l’accessibilité des services de l’offre phare de SFR Business (Pack Business Entreprise), tout en faisant preuve de réactivité et d’anticipation vis-à-vis des enjeux de convergence des télécommunications professionnels.

Naviguant dans un contexte concurrentiel, SFR business s’adapte au rythme des innovations et maintient des résultats d’exploitation malgré les changements. “Les opérateurs réalisent de nombreux investissements afin de maintenir et développer les réseaux” appuie PwC dans son analyse.

Concrètement pour SFR Business :

  • L’ajout de fonctionnalités de suivi (des appels entre PSS et ses clients), de transactions multiples (messages d’absences, etc) ont été multipliées
  • De nouvelles machines ont été créées, appelées plateformes techniques, pour pallier l’obsolescence
  • La remontée de logs a été considérablement développée, permettant ainsi une plus grande anticipation, ainsi qu’une réduction de problèmes à fort impact

“L’IHM du Control Panel Universel a permis d’aider à la compréhension de tout le monde, c’était plus simple”, conclut Mr Q.

D’autres projets en lien direct avec le ministère des armées, de l’intérieur, et avec le conseil national des barreaux ont été réalisés, principalement sur la messagerie web : “Apitech a réalisé de petits développements mais à fort impact“, précise Mr Q.

La réalisation de ces projets, encore en cours, se sont fait rapidement grâce à Apitech. “Le plus important c’est que l’on a réussi à rendre simple la communication entre SFR et Apitech, comparé à des grands acteurs c’était très facile, j’adore travailler avec eux.

L’ajout de fonctionnalités a un impact sur plus de 9 millions de comptes pour le Pack Business Entreprise. Mr Q confie avoir à “95% des livrables fiables de la part d’Apitech et dans des délais très rapides”.

Pour la suite, SFR Business est engagé dans cinq projets majeurs de mise à niveau d’ici juin 2019, dont 3 projets phares :

  1. De mise à niveau de Virtual Machine System (VMS), VmWare
  2. De mise à niveau des matériels (Broadsoft, Polycom, Nokia)
  3. De création de nouvelles plateformes de virtualisation cloud en collaboration avec Amazon Web Services (projet Phoenix)

Adolfo Q. conclut sur l’importance de ces projets pour le Pack Business Entreprise et son désir de poursuivre les travaux avec Apitech qui “a toujours su accompagner SFR Business dans sa stratégie d’évolution et d’optimisation“.

Avec REP Net 4.0, REP fait évoluer sa supervision de machines

Avec REP Net 4.0, REP fait évoluer sa supervision de machines

REP fabrique et exporte des presses à injecter le caoutchouc et des presses compression pour les industries automobile, électro-ménager, électrique, pharmaceutique et militaire. Nicolas R. explique le fonctionnement et les enjeux de l’évolution d’un outil de supervision.

REP Net 4.0 centralise les informations provenant de plusieurs presses telles que les recettes de paramétrages ou les données de production. Conçu il y a plus de 30 ans, ce logiciel a constamment évolué fonctionnellement. Il a aussi suivi les évolutions des différents outils (Ateliers de développement logiciel) et environnements (Dos, Unix, Windows…).

Cependant, dans sa dernière version, plusieurs problématiques revenaient régulièrement telles que le temps d’installation, la portabilité, l’ergonomie et la maintenabilité. Techniquement, l’outil REP Net 4.0 développé par Apitech fonctionne dans un environnement intégrant les dernières technologies afin d’améliorer l’expérience utilisateur.

“Apitech nous avait déjà démontré son savoir-faire sur une problématique similaire en réalisant une IHM consolidant les informations d’automates et de robots industriels. La capacité de travail en mode agile a été déterminante car il fallait assurer la livraison régulière des logiciels. Par rapport à une solution progicielle qui aurait nécessité de nombreuses adaptations, Apitech a su s’adapter à nos besoins pour suivre l’évolution du projet en étant particulièrement réactif lors de notre présence sur K2016 – le célèbre salon du plastique et du caoutchouc qui a lieu tous les 3 ans à Düsseldorf – en trouvant notamment une solution d’hébergement pour REP Net App, notre application Web de consultation.”

L’application web est très flexible : le chef d’atelier peut consulter l’état de son parc à distance via un smartphone. REP apprécie aussi les capacités évolutives de l’outil : connectivités accrue des presses et de la communication entre machines et les systèmes d’information sont envisagées.

De même que la maintenabilité (gestion des alarmes) et la traçabilité des produits et des lots. REP compte bien vivre la révolution numérique de plain-pied. Nul doute qu’Apitech saura apporter toute son expertise car son métier originel à sa création en 1991 était en effet la supervision industrielle.

Les nouveaux usages de la messagerie au Ministère

Les nouveaux usages de la messagerie au Ministère

Le Pôle National d’Expertise Annuaire et Messagerie joue un rôle majeur au sein du Ministère de l’Environnement, de l’Energie, et de la Mer (MEEM) car il répond aux demandes d’évolutions de la maîtrise d’ouvrage interne qui prend en compte les problématiques d’une messagerie collaborative unifiée entre plusieurs ministères avec de stricts critères de sécurité.

Le travail collaboratif se vit au quotidien grâce à l’outil grâce à l’outil de planification de réunions “Pégase” développé par Apitech. Les contraintes de sécurité sont très poussées : aucune information sur les agents du ministère, ni sur les plannings de réunion vis-à-vis du personnel extérieur – seules les personnes authentifiées peuvent créer une réunion conformément aux consignes de sécurité du ministère pour l’usage de ce “doodle-like”. Pour Patrick C. : “c’est un outil très simple à utiliser avec une interaction très conviviale”. Par ailleurs, la messagerie Mélanie 2, utilisée par les services du MEEM mais aussi certaines entités des ministères de l’agriculture et de la santé, intègre désormais des fonctionnalités de stockage distant, de partage et d’édition de fichiers en ligne grâce au logiciel libre OwnCloud.

Les fichiers traités sont stockés sur un serveur contrôlé par le MEEM ou hébergé chez un prestataire reconnu. OwnCloud est riche d’une communauté de plusieurs milliers de contributeurs, ce qui garantit que tous les aspects de sécurité auront été pris en compte efficacement afin de coller aux directives du ministère. Petit bonus non négligeable : les usagers de la messagerie peuvent désormais envoyer des messages jusqu’à 2 Go. Apitech a contribué à la conception d’un mécanisme basé sur des interfaces permettant, lorsqu’un mail dépasse la taille limite, de basculer automatiquement sur cette fonctionnalité appelée Melanissimo plutôt que d’avoir un message d’erreur. L’outil permet d’avoir un suivi et de voir qui a téléchargé et ouvert la pièce jointe.

Le MEEM a mis en place une fonctionnalité de web-conférence pour un usage interministériel. Apitech s’est chargé de la mise en place technique du prototype selon les directives du Ministère. Une DREAL (Direction Régionale de l’Environnement et du Logement) va servir de test, avant déploiement du système au reste des régions, pour un nombre défini d’utilisateurs.

“Apitech est partie prenante sur ces développements, ils font toujours preuve de réactivité et de créativité sur tous les sujets concernant la messagerie. Grâce à son savoir-faire technique, l’équipe a facilité la mise en place de solutions innovantes” conclut Patrick C.

Points à retenir :

  1. Des fonctionnalités pratiques très conviviales (agendas partagés, stockage distant, pièces jointes de grande taille et web conférence)
  2. Des solutions sécurisées
  3. Une démarche Open Source
La salle de classe version 2.0 de Schneider Electric

La salle de classe version 2.0 de Schneider Electric

Le service Formation a souhaité créer sa propre solution de salle de classe distante adaptée à une clientèle constituée d’artisans, de TPE ou PME. “Nous nous sommes tournées vers une solution personnalisée à travers un appel d’offres remporté par Apitech, grâce à leur parfaite connaissance de notre métier” explique Bernard D. Il fallait aller au-delà de la simple formation à distance avec un animateur formateur présent à tout instant pour piloter plusieurs stagiaires à la fois. Une salle est dédiée spécifiquement à la “Digital Classroom” dans le centre de Rueil-Malmaison (92)”

Apitech a joué un rôle de conseil sur des outils existants et a fait le lien entre tous les logiciels impliqués dans le système pour les faire communiquer ensemble et échanger de l’information. Les stagiaires s’inscrivent aux formations distantes via l'”Open Portal” de Schneider Electric. La plateforme conçue par Apitech interroge le système, met à jour la liste des participants, envoie des mails aux inscrits avec des informations d’accès, les licences. Un utilitaire collecte les données, les met en forme et les transmet au service administratif qui dialogue avec les OPCA. Le formateur peut intervenir à tout moment pour aider, conseiller et corriger en reprenant la main sur le PC du stagiaire. Au bout du compte, il s’agit de l’exacte transposition distante des cours dispensés en présentiel.

Avantages de la salle de classe 2.0 :

  1. Offre adaptée aux PME
  2. Niveau de qualité identique au présentiel, les contraintes du déplacement en moins
  3. Plus flexible qu’un e-learning
  4. Enseignement innovant

Le “+” différenciant : ils peuvent visualiser celles-ci via une webcam.

“Nous avons beaucoup d’ambitions pour ce projet qui devrait nous permettre d’accroître sensiblement notre nombre de stagiaires. La solution Apitech répond parfaitement à nos attentes. L’équipe a su se montrer flexible et s’adapter à notre cahier des charges, ce qui n’aurait peut-être pas été le cas de grands groupes” explique Bernard D..

Dizisoft : comment atteindre la performance industrielle ?

Dizisoft : comment atteindre la performance industrielle ?

Positionnée sur un marché mondial, la startup Dizisoft cible les entreprises équipées d’automates, de commandes numériques, de robots pour des productions de masse avec des enjeux cruciaux de productivité.

Le logiciel Diziscop réalise des acquisitions de données pour restituer les diagrammes de cycles des machines et analyser et corriger les dégradations de cycles. L’industrie automobile est un gros client représentant des enjeux énormes : la moindre dérive de temps entraîne des chutes de production catastrophiques. La valeur ajoutée de Diziscop réside en sa capacité à apporter un gain de temps et de fluidification de la production.

Le cœur du système ? Son mode de communication avec les équipements industriels. Pour pouvoir faire de l’acquisition de données, il faut bien maîtriser tous les protocoles de communication. Le challenge a consisté à trouver une équipe ayant des compétences en milieu industriel pour réaliser du développement de logiciel en C# et prendre en charge parallèlement la gestion de la partie communication. Certains protocoles sont des standards industriels mais il existe des cas particuliers tels les automates Siemens qui ont des réseaux propriétaires. Apitech a su dialoguer avec les constructeurs pour obtenir les informations techniques leur permettant de développer le protocole nécessaire.

“Le succès de la commercialisation du produit dépendait de leur capacité à tenir les engagements, respecter le coût et le délai. La première release stable chez le client est sortie en neuf mois et ses résultats vont au-delà des espérances. Le produit reste totalement ouvert en termes de développement et peut être enrichi de façon très flexible : l’éventail des fonctionnalités a été multiplié par deux selon Christophe R., le dirigeant de Dizisoft.